Marmathérapie : 6 points réflexes ayurvédiques pour chasser le stress et développer l’intuition

Marmathérapie : 6 points réflexes ayurvédiques pour chasser le stress et développer l’intuition

Nous allons parler des points réflexes ayurvédiques appelés traditionnellement marmas. En tant que praticienne en Ayurvéda, il me tenait à coeur de vous proposer un article sur le sujet. Vous pourrez également visualiser la vidéo que j’ai réalisée sur ma chaîne Youtube, en fin d’article.

La marmathérapie, c’est le même principe que le système de points réflexes du système chinois. Les marmas sont reliés, des organes et des systèmes du corps physique aux nadis ou srotas (réseaux des canaux énergétiques) et les chakras, nos centres d’énergie, nos émotions et pensées. La marmathérapie permet d’agir sur les énergies pour “réparer” le corps, le détendre et le nourrir en prana, l’énergie vitale.

Que signifie marma ? Le mot marma est d’origine sanskrite et signifie “caché” ou “secret”. Les marmas pointent sur des zones sensibles et peuvent servir à établir des diagnostics, à traiter des maladies ou à améliorer la santé de manière générale. “MARMA” SE TRADUIT PAR “CŒUR”, “CIBLE” OU ENCORE “ESSENCE”

 Il est bon de se rappeler la définition de la santé selon l’Ayurvéda :

– Les 3 dosha, Vata, Pitta, Kapha (humeurs du corps et du mental) sont en équilibre
– Les 7 dhatu (tissus) ont suffisamment d’énergie
– Agni (le feu digestif) fonctionne bien
– Les malas : bonne éliminations de purisha (selles), mutra (urine) et prasveda (sueur) fonctionnent bien
– L’affectif dans la joie
– Le mental : calme et paisible
– L’âme dans son état d’Ananda ou de béatitude, de conscience de la vérité

En Inde, la science des marmas a longtemps été l’apanage des seuls initiés considérés comme suffisamment dignes pour acquérir cette connaissance et en faire bon usage. En effet, ces points cruciaux pour la santé sont fragiles et ne peuvent en aucun cas être manipulés n’importe comment.

Les marmas, au nombre de 107, ne sont pas faciles à localiser et chacun d’entre eux a une fonction spécifique et doit être stimulé d’une manière particulière. Quand l’énergie d’un organe ou d’une partie du corps est perturbée, le marma correspondant sera douloureux ou sensible au toucher. Leur massage permet d’équilibrer les 3 constitutions ou doshas (Vata, Pitta et Kapha) dont l’équilibre est le garant d’une bonne santé.

Selon l’ayurvéda, si la stimulation de ces derniers peut soigner, une blessure sur un marma peut, à l’inverse, provoquer un handicap ou même entraîner la mort. Les pratiquants des arts martiaux traditionnels du Kerala (le sud de l’Inde), comme le Kalari Payat ou le Varma Kalai ont identifié 107 points vitaux dans le corps humain. Les adeptes de ces techniques prétendaient pouvoir neutraliser un adversaire en exerçant une pression ou un choc sur certains de ces points. Un des tout premiers témoignages de l’existence de ces points remonte au Rig Veda. Le texte parle de la nécessité de couvrir le corps avec le varma (armure subtile) pour protéger les points marma

LES CANAUX D’ÉNERGIE ET LES MARMAS

En ayurvéda, on dénombre 72 000 canaux d’énergie ou “nadis”, ainsi que les srotas, accessibles dès l’épiderme. L’acupuncture ayurvédique et chinoise se ressemblant beaucoup, vous ne manquerez pas de faire un parallèle avec les méridiens d’acupuncture, plus connus des occidentaux. L’énergie ou “force de vie” qui circule dans les nadis est appelée “prana”. Elle est l’équivalent indien de l’énergie de vie CHI en Chine ou KI au Japon.
Les marmas, centres d’énergie liés entre eux par les nadis, se trouvent souvent aussi aux points de correspondance entre d’autres éléments du corps comme les muscles, les nerfs, les tendons, les os, les artères…

 16 canaux énergétiques et leurs marmas

Les canaux énergétiques s’appellent en sanskrit srotas. Chacun d’eux gère un système ou fonction de notre corps physique et subtil. En stimulant les points marmas correspondants à ces fonctions nous purifions et nourrissons les srotas et les processus relatifs dans nos systèmes.

Ci-dessous, un tableau répertoriant les srotas : leur nom, fonction, et les marmas correspondants.

LES MARMAS DANS L’AYURVEDA

Pour un médecin ayurvédique travailler avec des points marmas dans un but thérapeutique c’est d’abord connaître l’état des dhatus (7 niveaux de tissus) de son patient. Des toxines physiques, du stress et des émotions négatives  s’implantent dans des sites des marmas et y restent parfois pendant des années. La maladie se manifeste sous forme de douleur, de blocage ou d’enflure dans ces zones même avant de se révéler par tous les symptômes caractéristiques de l’affection. Le médecin ayurvédique palpe les marmas, ce qui fait partie de l’examen, il y trouve une mine de renseignements.

Ensuite en fonction du diagnostic, il s’agit d’entrainer le flux d’énergie  vitale le long des canaux d’énergie. Les marmas sont des sortes d’interrupteurs praniques qu’on peut utiliser pour accroître ou diminuer le prana, ou encore pour le faire circuler ou pour interrompre son flux dans des endroits nécessaires. La médecine ayurvédique est bien entendu une médecine curative mais aussi et surtout une médecine préventive : on vient recevoir un marma- massage quand on est en bonne santé pour renforcer ses défenses immunitaires, vérifier que le prana circule bien notamment au regard de notre deuxième cerveau (le ventre) pour le feu digestif.

METHODES DE STIMULATION DES MARMAS

Parler de Marmathérapie, c’est savoir qu’il existe une grande variété de méthodes d’agir sur ces points magiques :

  • Mardana: acupression
  • Abhyanga: massage à l’huile
  • Aromathérapie: soins avec des huiles essentielles
  • Lepa: application de pate de plantes médicinales
  • Ksharakarma: application des alcalis végétaux ou de substances caustiques autour des points marmas
  • Agnikarma: moxibustion, action avec de la chaleur (par exemple appliquer des brosses, des spatules chauffées, ou porter un bâton d’encens près du marma)
  • Siravedha: scarification des vaisseaux et la saignée
  • Suchikarma: acupuncture
  • Asanas(pratique des postures yogiques)
  • Soins énergétiques
  • Pranayama: exercices respiratoires yogiques avec la concentration sur un marna
  • Mantras: travail sonore avec la concentration sur un marma
  • Dharana: visualisation concentrée d’une image ou d’un symbole placé dans un marma

LES MARMAS DANS LE YOGA POSTURAL

Les sciences de Yoga, d’Ayurveda et de Marmathérapie sont enchevetré et se référent les unes aux autres. L’effet thérapeutique de la pratique posturale est de plus en plus reconnu aujourd’hui en Occident. Il s’avère que certaines asanas yogiques (postures) quand  elles sont correctement faites stimulent les points et zones marmas. Voici quelques exemples :

– Padmasana / Posture de Lotus : Kshipra, Tala hridaya, Kurca, Kurcasira, Gulpha, Janu, Guda Basti
– Gomukhasana / Tete de vache : Ansaphalaka, Amsa,  Brihati Shirah
– Sarvangasana et Halasana / Chandelle  et Charrue: Ansaphalaka, Amsa,  Brihati Shirah, Parsvasandhi, Hridaya, Stanamula, Stanyarohita, Apalapa, Krikatika
– Matsyasana  / Poisson : Kakshadhara, Vitapa, Lohitaksha, Basti, Nabhi, Krikatika, Adhipati, Simanta
– Ardha Matsyendrasana / Torsion assise : Lohitaksha, Basti, Nabhi
– Bhujangasana / Cobra : Kakshadhara, Vitapa, Lohitaksha, Basti, Nabhi
– Paschimottanasana / Pince : Nabhi, Urvi, Ani, Janu, Indrabasti, Gulpha


EN PRATIQUE : STIMULER QUELQUES POINTS MARMAS POUR LIBERER LES TENSIONS, CHASSER LE STRESS ET DEVELOPPER L’INTUITION

Ce travail peut s’effectuer par pression du point marma : des mouvements dans le sens des aiguilles d’une montre pour tonifier ou renforcer les organes internes et les tissus alors que des mouvements dans l’autre sens : pour réduire les doshas en excès ou detoxifier. Le premier  mouvement stimule le point et le deuxième élimine l’énergie bloquée. Un bon thérapeute peut guider le prana du marma lui même dans toute dans sa zone.

1. Hridaya marma (हृदय मर्म) : Santé et spiritualité

Région du cœur au milieu du sternum de grande dimension.
Contrôle le plasma, la lymphe et l’appareil circulatoire, le pouvoir de l’esprit et la vitalité, Ojas (la force de l’immunité).
Le cœur est le siège à la fois de l’esprit et de la conscience (ou Atman). C’est la zone où réside notre conscience pendant le sommeil profond.
L’acupression chasse le stress et les émotions négatives. Le massage à l’huile de sésame calme la région. L’huile de bois de santal contribuera à faciliter le calme et le sommeil.

2. Tala hridaya (4 points, sur les mains et les pieds)

Ce point est relié au chakra du cœur, Anahata, et est intéressant pour stimuler la circulation sanguine, renforcer les capacités respiratoires. Les thérapeutes peuvent stimuler ce point avant chaque séance pour augmenter le flux du prana dans les mains. Il y a 4 points Tala hridaya : 2 sur les mains, et 2 sur les pieds.

3. Kshipra marma

Le mot kshipra signifie « rapide », c’est le marma qui a l’action la plus rapide. C’est un point utile à traiter particulièrement pour les personnes qui ont des douleurs au niveau des épaules et trapèzes, les cervicales, problèmes de thyroïdes.

4. Kurchashira marma

Stimuler ce point permet d’agir sur le système nerveux et calmer l’agitation et le stress. Il se situe au niveau de la pliure du poignet.

5. Sthapani marma : “ce qui soutient ou maintient fermement”

Entre les sourcils.
Contrôle Ajna, le Prana (l’énergie vitale), l’esprit, les sens et l’hypophyse.
Masser en mouvements circulaires vigoureux. Peut-être combiné avec un massage général du front.
L’acupression calme et permet de concentrer l’esprit. Elle peut éliminer le stress physique et psychologique.
L’huile essentielle de bois de santal ou de lotus favorise la méditation, calme l’esprit et les nerfs et diminue la fièvre.
Point clé dans la méditation pour accroitre la concentration, l’intuition et l’attention, afin de développer les pouvoirs supérieurs de perception du troisième œil. L’utilisation du mantra Om dynamise tout l’organisme.

6. Adhipati marma : le seigneur de tous

Sur le vertex, sur le sommet du crâne.
Contrôle Sahasrara (le chakra coronal), l’épiphyse, le système nerveux et la pensée ainsi que Prana, Téjas et Ojas (facteurs primordiaux de bonne santé, d’énergie et de vitalité). Il gouverne le corps entier par l’intermédiaire de l’esprit et du cerveau, en régissant l’énergie vitale dans son ensemble.
Masser en mouvements circulaires vigoureux avec l’index et le majeur ou par acupression, afin de contrôler l’esprit et les émotions et de développer la faculté supérieure de perception. L’huile de sésame calme l’agitation et la dispersion.
Le mantra om et la méditation sur le sommet de la tête donnent de l’énergie aux facultés supérieures de l’esprit et aident à pénétrer dans l’espace infini de la pure conscience. La méditation sur ce point favorise un sommeil profond sans rêves et améliore la concentration, le détachement et le contrôle de soi.

7. Marmas et chakras

D’une manière générale, il est bon aussi de travailler régulièrement sur nos centres énergétiques, nos chakras, par les méthodes citée plus haut.


Ecrire un commentaire

Auteur

Vanessa Bianchi