4 buts pour atteindre l’harmonie

La philosophie védique décline 4 clefs pour refaçonner son existence de manière plus positive. C’est une sorte de modèle d’épanouissement, des panneaux qui nous guident sur notre chemin de vie. Les purusharthas se traduisent par “Purusha” qui signifie l’âme, le moi essentiel qui ne meurt pas, et “artha” qui signifie capacité, pour les besoins de l’âme.

Les Purusharthas demandent de la réflexion et amènent à se poser les questions suivantes : Quel aspect de ma vie occupe le plus mon attention ? Suis-je en accord avec mes valeurs et mon comportement est-il éthique ?

 

Le Dharma

Il signifie le devoir, l’éthique, le travail, la responsabilité, la force de faire chaque jour ce qui doit être fait, ce qui met de l’ordre dans la vie, assumer ses responsabilités, travailler pour soi et la société. Par exemple, en tant que mère, mon dharma est d’élever mes enfants, en tant que thérapeute, c’est de guider et transmettre à autrui, en tant que citoyenne, ce sera de payer mes factures. Le dharma consiste à faire bien, au service de soi, pour servir la vie. Ce n’est pas seulement une vocation comme beaucoup le pensent, c’est une raison de vivre, ce qui fait sens à notre vie, nos obligations, notre part. Notre dharma doit régir chacune de nos actions et décisions dans la vie.

 

Artha

Il signifie la prospérité matérielle, la richesse, l’abondance, la réussite, le confort matériel, les biens, les capitaux, tout ce qui est nécessaire pour accomplir son dharma et sa mission de vie. Il représente les choses mais aussi la connaissance, l’éducation. C’est un but, comme le dharma, qui évolue et qui bouge avec le temps. C’est ce dont nous avons besoin et qui dépend de qui nous sommes, mais ce n’est pas tout posséder ! Artha apprend à vivre dans la matière sans en être dépendant. En somme, c’est un ensemble de compétences que nous développons pour vivre une existence réussie, symbole de notre dignité humaine fondamentale.

 

Kama

Il signifie l’art, la beauté, la sensualité, la convivialité, la gentillesse. C’est le purushartha le plus incontrôlable qui peut entraîner des abus, mais il est nécessaire pour soutenir le dharma. C’est accomplir des choses pour le plaisir que cela procure. Il permet de diffuser la lumière de la conscience sur ses désirs pour se concentrer sur ceux qui honorent la véritable essence de la vie. Dans le yoga, c’est être pleinement présent à tout ce que l’on expérimente. Une quête du plaisir…

 

Moksha

Il signifie la liberté, la libération. C’est le paroxysme des purusharthas, comme atteindre le nirvana, la délivrance du cycle d’incarnation, la sortie de la roue du samsara (cycle des souffrances causées par la naissance, la mort et la renaissance). D’un côté, on peut le voir comme une forme d’ailleurs (le contraire du dharma), de l’autre, on peut embrasser sa liberté comme étant une nature et non une finalité, ce qui le rend plus accessible. Avant d’atteindre le moksha, il faut prendre le temps d’atteindre sa liberté intrinsèque pour donner du sens à son dharma et à tout ce que l’on fait. Concrètement dans le yoga, on pratique le moksha.

“Notre liberté n’est limitée que par notre propre existence de la liberté.”
Douglas Brooks.

 

 

A présent, prenez le temps de réaliser une introspection pour réfléchir à ces piliers. Commencez par vous remémorer les jours précédents et notez tout ce que vous avez fait en rapport à votre dharma, pour votre foyer, votre famille, vous-même… écrivez vos obligations et comment vous pensez avoir gérer chaque situation.

Passez ensuite à artha. Qu’avez-vous fait pour votre santé physique, ou financière, par exemple ? Comment avez-vous gérer votre rapport à l’argent, à vos biens ?

Place ensuite aux plaisirs ! Pensez à kama et écrivez tout ce que vous avez fait qui vous a apporté de la joie

Et enfin, moksha. Notez toutes les activités qui vous ont permis de vivre votre spiritualité dans votre quotidien. Avez-vous médité, lu des livres spirituels, fait du yoga ? Pensez à tout ce qui représente un poids dans votre vie, ce que vous voulez « lâcher » pour vous sentir plus épanoui et libéré.

Une fois que vous aurez passé en revue chaque des purushartha, formulez une intention qui vous est chère et qui vous permettra de rééquilibrer votre vie et atteindre les purusharthas. Fixez-vous des petits objectifs, et tenez un journal si vous le souhaitez, afin de suivre votre évolution. L’écriture permet de libérer ce qui est en vous et être un catalyseur de votre transformation.

 

Vous pouvez visionner cette vidéo sur YouTube :