Nous connaissons tous la trimurti – trinité – hindoue, constituée de Brahma, dieu créateur, de Vishnou, dieu protecteur et de Shiva, dieu destructeur du monde, du ciel et de la terre. Chacun d’entre eux est doté d’une shakti, d’une énergie-féminine – qui le met en mouvement. Ainsi Shiva a-t-il une représentation féminine généralement appelée Kâli, mais aussi Parvati, Durga… Durga दुर्गा – l’inaccessible, que l’on approche difficilement – est le symbole de l’illusion, de la fin de la tyrannie. Quand on l’implore, c’est notre Mère à tous, tendre et aimante, douce et bienveillante, agréable et belle mais aussi terrible. Durga représente donc la puissance et est l’incarnation du sacrifice et de la connaissance spirituelle. Elle tue le Mal et accorde la richesse matérielle comme spirituelle. Durga, à l’image de Shiva détient le pouvoir de destruction. Mot à prendre dans son sens noble, respectant le dharma. En effet, Durga est vouée à maintenir l’harmonie universelle en annihilant les menaces qui visent l’ordre naturel.

Le Lion : il est le roi des animaux, le plus puissant d’entre eux. Il représente l’avidité pour tout objet de plaisir. Durga chevauchant le lion signifie qu’il nous faut apprendre à maîtriser nos instincts, notamment charnels.

Mahishasura : il est le buffle démoniaque, représente la “loi de la jungle”, la force brutale et impitoyable pour défendre ses intérêts.

 

 

Durga est particulièrement célébrée dans le Nord de l’Inde et en cette occasion on commémore la victoire du Bien sur le Mal, de Durga sur Mahisha. On va installer la statue, la réveiller, puis il y aura le combat et enfin l’immersion de la statue. Mahisha était un démon-buffle, ayant obtenu de grands pouvoirs grâce à ses austérités, au point de chasser les dieux de leur royaume céleste. La trinité hindoue se mit alors en colère et de cette masse lumineuse jaillit Durga avec ses mille bras. Forme de Kâli, Durga se vit dotée d’un trident par Shiva, d’un disque par Vishnou, d’une hache par Ganesh, d’une lance par Agni, d’une massue par Hanuman (le dieu singe), d’un lasso par Varuna, d’un arc avec carquois par Vayu et de foudre par Indra. Dotée de toutes ces armes, elle partit combattre le puissant démon, jusqu’à le vaincre, après une terrible bataille contre les asuras – les démons – et Mahisha. Celui-ci s’était pourtant attaqué à la monture de Durga, le lion. Mahisha finit décapité par l’épée de Durga.

Elle a l’air gracieuse, toujours avec un aimable sourire sur ses lèvres, elle possède 1000 mains. Différentes armes les équipent. La tenue de celle aux trois yeux est éclatante et purifiée par le feu. Elle est décorée de joyaux. Toute les femmes qui sont ces joyaux sont issues d’elle, partie d’une partie d’elle et par son pouvoir d’illusion (Mâyâ), tout les humains sont enchantés. Elle octroie toutes les richesses qu’un chef de famille désire.

(traduction du Devi Bhagavatam à partir du “Srimad Devi Bhagawatam”, Oriental Books Reprint Corporation, 1977, p. 814)

 

Mala Durga

Mala en hommage à la déesse, en obsidienne dorée, quartz rose, pierre de lune, œil de tigre. En savoir plus.